CHINE ET DEVELOPPEMENT DURABLE :
UNE  SÉANCE  REVELATRICE

   
Contexte :


SciencesPo Paris - Chaire du développement durable
« Révolution énergétique chinoise et actions contre le changement climatique »
Jeudi 5 mars 2015 à Sciences Po
Intervenant : Jiankun HE,
ancien vice-président de l’Université de Tsinghua,
directeur de l’institut 3E
et vice-président du Comité national chinois sur le changement climatique.

"La Chine et les États-Unis ont publié en novembre 2014 l’Annonce conjointe Chine – Etats Unis sur le changement climatique qui révélait les objectifs d’atténuation pour la période post-2020. La Chine s’est ainsi engagée à atteindre son pic d’émissions de CO2 en 2030 au plus tard et à porter la part des énergies décarbonées à au moins 20% de sa consommation totale d’énergie primaire à cette même date. Ces objectifs se fondent sur les objectifs stratégiques chinois tels que la préservation des ressources, la protection de l’environnement, la transition du modèle économique et les besoins mondiaux pour atténuer les émissions de CO2.
Compte tenu de la trajectoire de développement de la Chine, sa production d’énergie non fossile devrait permettre d’assurer la croissance de sa demande en énergie, tout en atteignant son objectif de pic des émissions en 2030. En effet, le taux de croissance annuel de la demande en énergie devrait atteindre environ 1 à 1,5 % d’ici à 2030, tandis que le taux de croissance des énergies renouvelables (EnR) devrait s’élever à 6 - 8 % chaque année. L’intensité carbone par unité de PIB devrait par ailleurs décroître selon un taux annuel de 4 %. Par conséquent, le système de responsabilisation par les objectifs devrait être renforcé à tous les niveaux de gouvernance. Dans les plans quinquennaux, les objectifs d’atténuation et les mesures de mise en œuvre devraient ainsi être précisés par région. La Chine doit promouvoir la révolution énergétique, l’innovation des technologies, la réforme du système de régulation du marché d’énergie, et l’introduction d’un système de prix - en particulier, le marché de carbone - aux polluants afin d’assurer une croissance durable".


À l'issue de l'exposé, la parole étant à la salle, j'ai eu l'occasion de poser la question suivant :
La civilisation européenne a brillé au XIXe siècle, et l'Amérique a dominé le XXe siècle.
Pour le XIXe siècle, la Chine a-t-elle un message particulier à apporter au Monde ? J
e pense par exemple au Taoïsme, qui s'intéresse aux rapports entre l'Homme et la Nature ?...

réponse (en substance, après traduction) :
- Les rapports entre l'Homme et la Nature ? Bien sûr, il faut protéger l'environnement.
Notre objectif principal est de maintenir la croissance de notre PIB selon les objectifs fixés,
mais bien sûr dans le cadre du développement durable.
Pour celà nous développerons l'utilisation des énergies renouvelables ;
le complément nécessaire sera fourni par le nucléaire, pour lequel la France est un pionnier.

 -> L'idée d'une réduction de la consommation énérgétique
par une évolution dans les comportements et les pensées (dans l'esprit du Taoïsme)
est donc absente de la doctrine chinoise officielle, qui semble privilégier l'idée d'une poursuite
du développement "à l'américaine", revue développement durable.


Autre question par Pierre Calame :
Vous avez parlé d'un objectif de réchauffement de la planète limité à un maximum de 2 degrés,
mais l'accord passé entre la Chine et les États Unis correspondra en réalité à un réchauffement de 3 voire 4 degrés.
Qu'en dites vous ?
L'heure avançant, l'orateur a préféré répondre à une autre et dernière question,
et la séance s'est terminée par les remerciements d'usage.


Planete et environnement
Retour à la page d'accueil