Premier contact en 1994    

LA CHINE EN MOUVEMENT

Ce qui se passe dans cette région du monde est d'ordre tellurique :
un soulèvement général comparable à celui qui a engendré le Massif Central ou les Alpes ;
ou, plutôt, le massif de l'Himalaya. Un tel phénomène échappe à notre jugement d'amateurs
de pénéplaine : tout au plus pouvons nous décrire ce que nous en voyons de l'extérieur - et
d'en bas, "en contre-plongée".
 
D'abord quelques chiffres-repères : 1,2 milliards d'hommes, "le quart de l'humanité".
Mais aussi 70 % de ruraux, et 400 millions d'urbains "seulement".
 
Et d'ici 40 ans, selon une prévision entendue sur place : 1,5 milliard d'hommes,
dont près de 1 milliard en ville : autrement dit une population urbaine multipliée par 2,5
(+ 600 millions d'habitants en ville). Si la surface de logement par habitant double
comme prévu (de 4 m2 aujourd'hui à 8 m2 au moins), la surface bâtie des villes pourrait
être multipliée par 5. La Chine compte déjà 200 villes de plus d'un demi-million d'habitants
(et 6 à 8 millions à Pékin et Shanghaï, 4 à 5 millions à Canton) : la transformation urbaine
amorcée en Chine dépasse l'imagination française, médusée.
 
Reste donc à décrire la forme nouvelle que prend la ville, et ce qu'il faut bien appeler
"paysage urbain" (même si celui-ci sort de nos critères, et même de notre entendement).

Le patrimoine urbain ?

Difficile d'en retrouver trace dans cette extraordinaire mutation.
Mais que reste-t-il au Mont Blanc du patrimoine naturel de la plaine antérieure ?

La ville en chantier

Partout des travaux, des quartiers entiers démolis, des trous, des grues, des échafaudages
de bambou ou d'acier.

La ville verticale

Les nouveaux immeubles ont couramment 20 ou 30 niveaux.
L'argumentation rationnelle sur l'hygiène, l'urgence du nombre et l'économie de
sol agricole nous rappelle la période française des "trente glorieuses".
Mais elle recouvre peut-être aussi d'autres facteurs propres à la Chine :
le sentiment d'être nombreux, et tout à la fois de l'accepter par la densité et d'y
échapper par la hauteur ? L'image de modernité de New-York et Hong-Kong ?

Le fourmillement au sol

Avec l'ouverture au marché, la vocation de chaque chinois à devenir patron d'entreprise
s'exprime tout au long des rues, par la multiplication de boutiques (souvent minuscules)
en rez-de chaussée de constructions anciennes ou neuves, en structures légères ou
en étals volants. Dans les quartiers neufs, cette animation spontanée se développe
en contraste au pied des immeubles-tours.

L'absorption de la rue par certains bâtiments ? :

"Complexes" à Pékin, rassemblant hôtel, restaurant, grand magasin, galerie marchande
et bureaux ; galeries couvertes (souvent indiscernables depuis la rue pour un oeil non averti)
dans d'autres villes.Dans cette effervescence des modes de distribution, la forme de la ville
(pour cette partie capitale qu'est son expression commerciale) ne semble pas encore stabilisée.

La ville-échangeur

Avenues existantes ou percées ouvertes dans la ville, sont parfois dotées d'autoroutes
urbaines suspendues à hauteur des 2° ou 3° étages des immeubles, anciens ou neufs
(ou même en construction simultanée), au ras des fenêtres. Embouteillages partout.
Et un débat non clos, semble-t-il, sur les rôles respectifs, dans l'avenir, du vélo, de la
voiture individuelle et des transports en commun.

La ville utilitaire

On nous a peu parlé d '"art urbain", de composition spatiale :
plutôt une approche fonctionnelle, zoning et circulation. Répondre à des questions
pressantes, sans beaucoup s'interroger sur le résultat (pas le choix ?).

La pollution

(Puisqu'il faut bien l'appeler par son nom).
"Beaucoup a été fait depuis quelques années". Beaucoup aussi reste à faire,
et de grands travaux sont d'ailleurs annoncés ou en cours.
Remarquable apparaît, au sortir des villes polluées, l'extrême tenue de la campagne.
Hypothèse : jusqu'à récemment tout était bio-dégradable, donc jetable dans la nature
qui digérait. La mesure de la pollution de la nouvelle civilisation n'est pas encore prise.

Un urbanisme à la fois pragmatique et doctrinaire ?

Partout les plans d'urbanisme font état des réalités nouvelles à prendre en compte
(et parfois déjà entrées dans les faits avant leur planification).
Et quelle issue si l'investissement ne se satisfait pas des dispositions prévues ?
Partout aussi on déclare appliquer les règles générales édictées par le gouvernement central
(et qu'il faudrait se procurer). Il s'agirait du principe du "zoning", des règles de hauteur
et prospect (modulables selon les secteurs), d'un schéma de circulation par "périphériques"
successifs et radiales (avec parfois une croisée centrale).

Le foncier public

Une telle netteté des limites de la ville et de la campagne est exceptionnelle dans le monde :
c'est l'illustration, visible sur le terrain, de la propriété publique du sol, clef de beaucoup
de problèmes d'aménagement en Chine.
Une question : que se passera-t-il dans une vingtaine [?] d'années, à la fin de la première
vague des baux emphythéotiques dont l'origine est toute récente ?

L'éducation

(le Japon en avait fait une priorité).
Pas plus d'étudiants en Chine qu'en France, soit proportionnellement 20 fois moins.
Et pourtant l'enjeu est de remplacer, en une génération, un demi-milliard de paysans
traditionnels par autant de citadins branchés.
 
-------------------

Hong-Kong

Un autre monde : clean, fluide et ponctuel ; un Japon anglais.
Mais certainement aussi une référence pour la Chine en développement. Et l'incertitude
sur l'évolution de la ville, et surtout la gestion de cet organisme urbain sophistiqué,
avec son intégration à la Chine en 1997.
 
A Hong Kong, pas d'embouteillage, malgrè la densité ("la plus forte concentration
de toute l'histoire de l'humanité") ; c'est le réseau piétonnier qui est surélevé, tirant parti
du site dénivelé. Sinon art urbain (au sens où nous l'entendons), du moins exceptionnelle
qualité architecturale, "image" de chaque entreprise maître d'ouvrage, et image globale
de la ville : sans doute le plus bel ensemble urbain moderne du monde aujourd'hui.
 
CND - 1994
- Villes chinoises 2008 -
images de Chine - Pékin...et alentours - du train - Shanghaï - Suzhou - Hong kong
texte : "A l'école de la différence" (Sénégal)
retour à la page d'accueil